Les conteneurs

Les conteneurs de l’inventeur étaient alignés le long du mur, côté jardin. Ils étaient équipés de cinq roulettes. Ils pouvaient descendre l’allée, faire ouvrir le portail et s’installer sur le trottoir les jours correspondant au passage des poubelles.
Mais, alors que les machines n’ont pas de sentiments, eux n’aimaient pas ça. Se trouver seul sur le trottoir, se faire pisser dessus par les chiens des passants, servir de perchoir aux chats ou aux renards, se faire malmener par des mains rudes et surtout risquer de basculer sous l’effet du vent sans plus pouvoir revenir à son poste, c’était une véritable angoisse. Entendez par là que de lancer les programmes d’adaptation à l’environnement était une charge énergétique trop lourde, d’où leur démotivation.
Tout avait commencé lors des premiers tests. Conteneur-plastic s’était fait chahuter par des enfants. Il n’avait pas réussi à retrouver son poste et s’était perdu. L’inventeur avait remédié à cela. Il leur avait greffé un GPS et surtout un aimant qui devait les orienter afin qu’ils reviennent toujours à leur place, bien aligné les uns à côté des autres. Sans le savoir, au-delà des contraintes énergétiques, cet aimant était devenu pour eux une source de bienêtre. S’ils étaient bien positionnés, ils en recevaient le faible, mais doux grésillement ondulatoire hypnotisant. Du coup au fil du temps, lorsqu’ils devaient s’éloigner ils étaient comme soumis à la torture.
Cela faisait plusieurs mois qu’ils étaient vides et la torpeur dans laquelle ils étaient plongés leur convenait très bien. Il y a avait bien eu un incident avec le collecteur, mais il avait été brillamment régulé par le bidouilleur. Depuis lors, plus rien. Juste l’émanation ronronnant de l’aimant si rassurant !
Si l’inventeur avait été là, il aurait pu s’apercevoir qu’un gros rat était venu faire un trou dans Conteneur-déchets-organiques. Il exhalait une odeur alléchante lorsqu’on est mammifère, encore plus lorsqu’il s’agit de rattus, mycromus, minutus, norvegicus. L’inventeur n’était plus et l’animal fit son trou. Les chats de la maison s’étaient bien aperçus de sa présence, mais aucun d’entre eux n’avait encore réussi à l’attraper. Quelque temps plus tard, tous les conteneurs avaient été pris d’assaut.
Ils hébergeaient à présent une vraie famille. Conteneur-cartons servait de nid, Conteneur-déchets de garde-manger, Conteneur-plastic de salon de toilette. Bien qu’il ait beaucoup d’espace, les rats ne pouvaient s’empêcher de grignoter tout autour d’eux et un jour, la machinerie fut touchée, le boitier de l’aimant s’ouvrit et le laissa choir. Conteneur carton ne ressentait plus rien. Il en fut tout déboussolé. Il commença à s’agiter. Il pouvait bouger dans n’importe qu’elle direction, n’importe quand. Son comportement devint aléatoire. Sous la pluie, on le vit tracer des arabesques de ses roulettes dans les flaques.
Ce jour là, les rats étaient de sortie, car les chats se tenaient au chaud. Seuls des petits étaient restés au nid et ils se mirent à couiner leur détresse d’être secoué pire qu’en pleine tempête.
Leur mère rappliqua prestement, mais n’osa s’approcher du conteneur qui tanguait et menaçait de lui rouler dessus. Elle se mit à émettre des cris plus virulents que ces enfants. C’est alors qu’une chose étrange se produisit : Conteneur-carton répondit à son appel. Il se dirigea vers elle et stoppa bloqué par le muret où elle était cachée. La rate put retrouver ses enfants. Prudente, elle les transporta dans un autre lieu de vie. Conteneur-carton, reçut la visite du bidouilleur qui lui demanda expressément de retrouver sa place et lui programma une nouvelle ligne de code qui redéfinissait sa carte GPS. Conteneur-carton ne retrouva pas pour autant son aimant et la satisfaction qu’il lui procurait, aussi la bougeotte le reprenait régulièrement.
Il y eut un jour, peu après les précédents événements, où un chat réussit à mettre la main sur la rate en plein milieu de la cour. Elle poussa de tels cris dans sa lutte pour sauver sa peau que Conteneur-carton se précipita vers elle. Elle fut sauvée en s'y mettant à l’abri alors que le chat prenait ses pattes à son coup.
Une expérience qui se renouvelle est source d’apprentissage, surtout lorsqu’il est suivit de gratifications où, dans un cas comme ce jour-là, une question de survie.
Quelques heures plus tard, la rate tenta l’expérience. Elle était retournée voir ses petits et n’osait traverser la cour pour se rendre au Conteneur-déchets-organiques, elle se mit donc à couiner aussi fort que possible. L’effet fut immédiat ! Conteneur-carton vint à la rescousse, puis se remit en place. L’essai réussit, la rate reproduisit la chose maintes et maintes fois, transmettant même son savoir à ses enfants et autres rattus assez doués pour trouver la chose fort utile.
Conteneur-carton devint, protecteur officiel, chasseur Félin-canin, premier véhicule SP, dévoué aux rongeurs !

Sandre TOARiiN Septembre 2014

Soutenu par

SIGMA-VISION.COM

Demo

Sandre TOARiiN

Lui écrire...

Nouvelles - Livres

A propos de ce site...

eBooks

à partir de 3.00€

Ce site est encore en construction, c'est pourquoi vous trouverez parfois des espaces un peu vide ou mal présenté. Le contenu est intégralement soumis aux droits d'auteurs

Demo